Logo Nautilus Plus Noir et blanc
UltimeFit, La plateforme d'entrainement en ligne Trouver un gym Promotions Mesures COVID-19 EN
Me connecter
Icone utilisateur
Essai gratuit
M’ABONNER
Icone abonnement
MENU

Les cheat meals : une bonne pratique?

cheat meal

Vous avez sûrement déjà entendu parler du principe de cheal meal ou cheat day, ces occasions durant lesquelles certaines personnes se permettent de la nourriture qui est extrêmement différente de leurs habitudes alimentaires typiques. Ça semble alléchant? Voici pourquoi ce n’est peut-être pas la meilleure pratique.

Qu’est-ce qu’un cheat meal?

Un cheat meal, ou repas-tricherie, est généralement défini comme étant un repas très calorique, beaucoup plus qu’à l’habitude. De tels repas sont typiquement des repas de malbouffe (pizza, poutine, hamburgers…), qui ne seraient pas « permis » dans l’alimentation normale de la personne : ces mets seraient uniquement mangés comme tricherie, comme cheat meal. Habituellement, une fréquence maximale par semaine de repas-tricherie est imposée, d’une à deux fois par semaine par exemple.

Pourquoi est-ce une mauvaise idée?

L’idée d’un cheat meal repose sur le fait que l’alimentation habituelle d’une personne est soumise à des règles strictes. Par exemple : je dois m’entraîner 5 fois cette semaine et suivre ma diète à la lettre, sinon n’aurai pas le droit de manger la poutine qui m’appelle depuis lundi passé. Ou bien : j’ai vraiment le goût des côtes levées, mais je vais prendre la salade parce que j’ai déjà cheat cette semaine. On comprend donc que le cheat meal est une perte de contrôle qui suit inévitablement une alimentation qui est trop stricte pour que cette personne la conserve au long-terme. Ce cycle de privation suivi de perte de contrôle, combiné aux comportements compensatoires (les entraînements vigoureux obligés), sonne une cloche bien inquiétante : celle d’un trouble du comportement alimentaire[i]. En effet, une étude récente a analysé le contenu de publications Instagram contenant le mot-clic #cheatmeal et ont observé que ceux-ci sont généralement associés à des repas estimés à plus de 1000 calories : dangereusement élevé, on parle alors d’un épisode d’hyperphagie ou binge eating. De plus, le texte associé à ce mot-clic réfère souvent à un régime de vie strict, à la notion de récompense ou d’avoir mérité le repas, ainsi qu’à l’obsession ou la perte de contrôle en mangeant.

Il est donc impératif de comprendre que le besoin de recourir à des cheat meal peut très bien être un signe que votre mode de vie (alimentation et entraînements) est trop restrictif.

Y a-t-il une alternative au cheat meal?

Bien sûr! Au lieu de voir les aliments comment étant « permis » ou « tricherie », voyons plutôt l’alimentation dans son ensemble. Tous les aliments sont permis, il est plutôt question de quantité et de fréquence. Si l’envie d’un aliment en particulier vous tenaille, n’attendez pas jusqu’à ce que vous ne soyez plus capable d’y résister : vous risquez d’en manger une quantité bien plus grande que si vous aviez répondu à votre envie d’aliment dès le départ. Cet article élabore le concept davantage.

Par contre, pour certains, les envies d’aliments de moins belle qualité nutritionnelle sont presque toujours présentes. Ces personnes ont l’impression que sans règles, elles mangeraient des repas style cheat meal tous les jours. Quoi faire dans ce cas? Consulter une nutritionniste peut vous aider à mieux gérer ces envies et vous guider vers une alimentation qui vous procurera santé et plaisir en même temps.

Apprenez-en davantage sur l’alimentation intuitive ici!

[i] PILA Eva, MOND Jonathan M, et al. A thematic content analysis of #cheatmeal images on social media: Characterizing an emerging dietary trend. International Journal of Eating Disorders 2017; 50(6): 698-706.

Auteur
Julie Brousseau

Passionnée de santé et d’environnement depuis son enfance, Julie a découvert une passion pour la nutrition lorsqu’elle improvisait des modifications santé à des recettes de muffins. Maintenant diplômée de l’Université de Montréal et nutritionniste chez Nautilus Plus depuis décembre 2016, Julie transmet son savoir et sa passion pour la cuisine saine à ses clients et ses collègues, de même que par l’entremise de son blogue personnel. En plus d’utiliser sa créativité en cuisine, Julie développe son côté artiste au travers de son expérience d’interprétation et de chorégraphie en danse contemporaine compétitive. Elle est la première à affirmer que se garder en forme et bien manger devrait se faire par plaisir et non par corvée! Julie Brousseau, Dt.P.


Les cheat meals : une bonne pratique? is a post from I'm taking charge. I'm taking charge is a blog that aims to help people in their journey to fitness through articles on training, nutrition, motivation, exercise and healthy recipes.
Copyright © I'm taking charge 2018

Je me prends en main -Blogue