UltimeFit, La plateforme d'entrainement en ligne Trouver un gym Promotions Mesures COVID-19 EN
Me connecter
Icone utilisateur
Essai gratuit
M’ABONNER
Icone abonnement
MENU

Prenez Rendez-vous

L’importance de l’exercice physique chez les aînés en ces temps de reconfinement

exercice-physique-aines-reconfinement

Depuis plusieurs mois, le gouvernement met en place des mesures afin de tenter de réduire la transmission communautaire liée à la Covid-19. Celles-ci touchent la population en entier, d’un point de vue physique et psychologique. Ces mesures ont eu des effets négatifs sur la santé des aînés, en raison notamment du confinement.

À la suite de la lecture de l’article tiré de La Presse qui s’intitule : « La détresse frappe les aînés » (Gagnon, 2020), il est important de se questionner sur le rôle clé que peut jouer le kinésiologue en ce temps de reconfinement. Tout d’abord, de nombreux impacts négatifs du reconfinement sur la santé physique des aînés peuvent être diminués avec l’aide du kinésiologue.

Les effets négatifs du confinement sont interreliés et affectent grandement l’autonomie des personnes âgées. Parmi les impacts observés, la sédentarité du printemps dernier a augmenté leur risque de chute et de maladies chroniques (Gouvernement du Canada, 2007). Il est à prévoir que la fermeture des centres de conditionnement physique, lors de la deuxième vague, aura également un effet néfaste chez les aînés.

Les effets de la sédentarité sur la santé

La sédentarité diminue la capacité d’adaptation des vaisseaux sanguins, qui permet de réguler la pression artérielle (Duclos, 2007). Ceci s’explique par le fait que l’activité physique est reconnue comme étant un agent de stress positif pour l’organisme puisqu’il doit s’adapter aux nouveaux besoins du corps (Eshani et al, 1981). Ainsi, les vaisseaux sanguins sont en mesure de mieux répondre à la demande en oxygène des muscles. Par contre, une personne sédentaire a des vaisseaux plus rigides. Les vaisseaux auront donc plus de difficulté à s’adapter au « stresseur », qui est l’activité physique dans ce cas-ci.

Ce phénomène s’appelle la dysfonction endothéliale et il est un facteur de risque de complications cardiovasculaires, telles que l’angine de poitrine, l’infarctus du myocarde ainsi que l’insuffisance cardiaque. La sédentarité peut alors provoquer une dysfonction endothéliale au niveau du cœuret nuire à la capacité fonctionnelle de la personne[1]. En ce sens, plus les capacités physiques de la personne diminuent, plus elle aura de la difficulté à accomplir ses tâches du quotidien. La personne va se sentir essoufflée et fatiguée, ce qui aura un effet considérable sur sa qualité de vie (Berthouze-Aranda et al., 2011). L’exercice physique a donc pour effet de réduire le risque de dysfonction endothéliale (Hambrecht et coll, 2004).

Les conditions pré-existantes

D’autre part, la Covid-19 atteint plus gravement les gens qui présentent une maladie chronique, telle que le diabète de type 2 ou l’hypertension artérielle. En effet, ils sont plus à risque de développer des complications (Haeck et al., 2020). De plus, les maladies cardiovasculaires sont les deuxièmes causes de décès au Canada (INSPQ, 2016). Ceux-ci sont influencés par le style de vie comme manger sainement, faire de l’activité physique, réduire le stress et avoir un poids santé.

L’accès à l’exercice physique

Un mode de vie sain est aussi un facteur de protection contre la perte d’autonomie chez les personnes âgées (Arcand et Hébert, 2007). Par contre, il est difficile de maintenir un mode de vie sain en raison des nouvelles mesures de reconfinement. De ce fait, le reconfinement imposé par le gouvernement ne permet plus aux citoyens de faire de l’activité physique comme ils étaient habitués de le faire, ce qui augmente leur risque de maladie chronique (Gouvernement du Québec, 2005). L’activité physique est une forme de prévention primaire et elle permet de diminuer l’impact des maladies chroniques sur la santé (Tétreault, 2015).

Le rôle du kinésiologue

Par contre, le kinésiologue peut prêter main-forte au système de santé. De ce fait, il pourrait suggérer des cours de groupes qui misent sur le réentraînement des capacités physiques tels que l’équilibre, la proprioception, l’endurance musculaire et cardiovasculaire. Ces capacités physiques sont très importantes notamment au niveau de la prévention des chutes et de la perte d’autonomie. Le tout se ferait dans le plaisir, ce qui aurait aussi un effet bénéfique au niveau de la santé mentale des citoyens qui se retrouvent dépourvue de leurs activités.

Le kinésiologue peut donc contribuer à améliorer la santé de la population en ce temps de deuxième vague. Le changement de style de vie permet de réduire le risque de complications à la suite de la Covid19 ainsi que les coûts associés (Conseil canadien de la Santé, 2007). De plus, les aînées se retrouvent particulièrement privées de leurs activités de loisirs ce qui diminue leur réseau social et augmente le risque d’isolement social (Sergerie et al., 2009). Le kinésiologue peut donc promouvoir de saines habitudes de vie (Kino-Québec, 2005) et redonner un sens à la vie grâce au plaisir lors d’activité physique, ce qui va diminuer les impacts négatifs sur la santé mentale (Clemson et al., 1999). Le kinésiologue constitue donc un agent de changement en prévention primaire pour prévenir les problèmes sociaux et physiques que peut engendrer le reconfinement, et ce, particulièrement chez les aînés qui ont souffert des conséquences du premier confinement au printemps dernier (Tétreault, 2015).

 

Références

Auteur
Mathilde Chagnon


L’importance de l’exercice physique chez les aînés en ces temps de reconfinement est un billet publié par Je me prends en main. Je me prends en main est un blogue qui vise à aider les gens dans leur cheminement de mise en forme à travers des articles sur l'entraînement, la nutrition, la motivation, des exercices et des recettes santé.
Copyright © Je me prends en main 2020

Je me prends en main -Blogue